AU TRAVAIL AVEC GABY

Support d'aide et travaux avec élèves
 
AccueilPORTAILFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Mer 02 Juil 2008, 18:32

EDIT DE L'ADMINAT LE 04-07-14 : Les messages sont classés chronologiquement du plus ancien (en l'occurrence celui-ci) au plus récent. Si vous voulez lire le dernier rapport en date, allez "plus bas" dans la page....



RAPPORT D'ACTIVITES 2007-2008

Parce que je vous ai consultés sur l’avenir du forum, parce que je finis ma première année pleine d’exercice via ce support complémentaire, parce que j’ai des choses à vous expliquer quant à l’avenir, j’ai décidé de rédiger une sorte de rapport d’activité, qui ponctuera désormais chaque fin d’année scolaire.
Alors en cette fin d’année, quels sont les thèmes à développer pour faire le bilan et se projeter dans l’avenir ?
- Quel usage quotidien les élèves font-ils de cet outil, au regard du rangement que je viens d’effectuer et qui me permet d’avoir une vue assez précise de la chose…
- Quelles limites sont signifiées par votre pratique comme au travers des enquêtes bilan ?
- Enfin, quelles perspectives sont envisageables pour l’avenir ?
3 thèmes à développer de façon complète mais en évitant d’être trop long. Cela va être dur, je sais !

L’usage :
- Il apparaît tout d’abord que le lieu est régulièrement visité. Même très régulièrement. Sans coupures dues aux vacances par exemple. Et s’il est vrai que les visiteurs sont souvent les mêmes, ceux-là sont très fidèles ce qui signifie qu’ils utilisent le lieu. On peut cependant penser qu’un bon tiers des élèves inscrits ne se servent du forum que dès lors qu’ils ont obligation de le faire.
- Pas de postage plus intense cette année, une stabilité plutôt (47 topics créés en 2006/2007 sur un semestre pour 89 en 2007/2008 sur l'année mais avec des travaux plus charpentés...)
- Moins de posts des élèves car j'ai tenté de limiter les posts en vous demandant d'éditer vos travaux. Ce qui veut dire qu'il faut se méfier des statistiques.
- Les lieux les plus visités au quotidien sont le dictionnaire et les topics « ce qu’il faut retenir du cours ». C’est le but essentiel à l’heure actuelle. Et qu’ils soient signalés par vous comme utiles me réconforte car croyez moi, cela a constitué un gros travail au départ. D’autres sujets sont très visités, ponctuellement. Par exemple, les corrections type ont été très appréciées. C’est un gros travail mais cela est à mon sens complémentaire car bien des élèves surfaient sur le post en direction des remarques qui les intéressaient. On est là à 100% dans l’usage autonome, individualisé. On ne peut pas le faire tout le temps, le but est de le faire quand cela est nécessaire. Mais cela s’est révélé être un vrai plus cette année.
- Dans le cas des croquis et peintures, le fait de pouvoir voir en couleur des images a été aussi très positif. C’est là à mon sens une piste à creuser. (vidéo…mp3…)
- Enfin, les élèves sont aussi acteurs du forum : plus de 300 mp cette année ! Mais moins de posts sur le forum. On communique comme on veut. Il faut considérer ce travail souterrain et aussi le fait que vous en faites aussi ce que vous en voulez !

Les limites :
- Certains travaux de l’année n’ont pas abouti. Des exercices prévus en septembre que je n’ai jamais appliqué en fait (en DNL entre autres ; deux posts désormais enlevés) ou des travaux en cours d’élaboration mais qui n’ont pas été achevés par les élèves. Je pense entre autres aux corrections de DS en Première que j’avais imaginées sous cette forme mais qui se sont révélées être une usine à gaz. Mais il faut dire aussi que certains n’ont pas eu le sérieux attendu lors de cet exercice. Je n’ai pas sanctionné mais je n’en pensais pas moins…En tout cas, on touche là à la difficulté de bâtir un travail impliquant tout le monde. C’est complexe et finalement peu productif. Le referai-je l’an prochain ? Peut-être car un autre groupe saura peut-être le faire ? Qui sait ???
- Les problèmes d’instabilité de connexion, rencontrés par certains, y compris moi, sont une difficulté. Quelques uns venaient me voir en disant qu’ils n’avaient pas pu poster. Pour de simples raisons techniques. Je pense à faire une modification alors et préciser désormais que si le travail ne peut être posté, qu’il soit alors fait de façon classique sur feuille…Je vais y méditer.
- Quelques uns refusent de se mettre dans la logique de ce type de travail. Font autre chose que d’être avec nous lors des séances en informatique. Autre façon de ne pas écouter le cours, adaptée aux circonstances. Je n’en dis pas plus mais ne croyez pas que j’ai été dupe du peu d’attention de certains…
- L’effet mode, gadget, que quelques uns me reprochent. Il n’y a pas que du faux. Mais dans tous les cas, ce forum continuerait d’exister comme méga clé usb pour moi. J’y ai développé toute une sorte de supports me permettant de gagner en souplesse dans mon travail. N’oublions pas que les BII reste un objectif que ce support peut valider à 100%. Alors, comment dire…Si vous voyez une obsession de ma part à dire « c’est sur le forum », c’est juste que j’utilise ce support comme source complémentaire au moins aussi utile que les deux manuels. La limite n’existe que dans la mesure où l’outil nécessite un temps d’apprentissage et ça, je reconnais que c’est la limite majeure selon moi. En revanche, je ne regrette absolument pas le temps passé à l’avoir bâti pour et avec vous.

- Les perspectives :
Il s’avère avec le temps que le côté banque de données est le côté le plus utilisé. Rien que pour cela, le forum doit exister. Et forcément, avec les années, il va devenir une vraie encyclopédie. Le côté « travail sur le net » est moins évident. Il faut imaginer des moyens de faire. Et là, j’ai aussi besoin de vous. Comme usines à idées et comme créateurs. J’ai des idées que je garde pour moi et dont j’attends qu’elles viennent de vous. Et toutes mes idées ne sont pas bonnes. Par exemple, le vote électronique a été un fiasco ou en tout cas un gadget inutile. Sans doute parce que le forum ne permet pas une formule souple ou peut-être parce que nous n’avons pas su la mettre en pratique ! Comme tous les autres moyens d’apprendre, certaines idées, certains moments ont été ratés. Comme d’autres ont été un succès.
Le dictionnaire par exemple. A la naissance du forum, j’imaginais qu’il serait fait par les élèves. Le travail technique trop lourd l’empêche. J’ai donc changé mon fusil d’épaule. Et les cours donnés avec comme support l’écran ne sont qu’une façon détournée d’utiliser le forum comme rétroprojecteur. Il faut donc s’adapter à une situation. En l’état actuel des choses, le forum est peu adapté à un travail collectif pour l’immédiat futur (du jour au lendemain), plus adapté à un travail autonome à volonté, un lieu à disposition. En somme, il est un plus, pour qui veut s’en servir. Mais certains ont donné des idées pour la suite. Et nous allons poursuivre la construction de ce lieu.
Peut-on imaginer comme au départ cela avait été pensé un lieu en auto-gestion ? Pourquoi pas…mais avez-vous conscience du temps que cela prend ? Surtout si le lieu est un succès ? Les élèves modérateurs y passeraient toutes leurs soirées…
Pour finir, il avait été question de tous vous garder comme anciens élèves l’an prochain. Mais deux collègues préparent leur propre forum, ou assimilé. Je pense qu’il n’est pas utile de faire doublon. Je vais donc dans les semaines qui viennent vous déréférencer du forum. J’avais pensé un temps laisser membres ceux qui le demanderaient. Sorte de moyen terme. Mais je crois qu’il est plus simple et clair que vous suiviez la pédagogie du collègue. Sinon on va se mélanger les pinceaux et ce ne sera bon pour personne.
- J'aimerais aussi trouver des icônes géo ou historiques pour les boutons du forum mais pour le moment, je n'ai rien trouvé de mieux que celles que j'ai là...celles là sont au moins des créations personnelles !!!
Voyez, nous sommes en perpétuelle méditation sur le tour à donner aux événements. Vous associer à cela ne me semble pas inutile…

Retenons donc comme réussites …
-les topics « ce qu’il faut retenir du cours », « le dico », « les corrections », « les peintures ».

…comme échecs…
- Les topics d’auto-corrections des DS de première, les biographies trop plagiées en seconde.

…une idée plus ou moins top secret pour l’année prochaine…et le serpent de mer à savoir un lieu entièrement libre pour les élèves mais avez-vous besoin de moi pour cela ???

Pour finir, un point que vous n’avez pas senti : les corrections d’ECJS sont communes avec mes collègues du CDI, le forum a été un support très privilégié pour gérer cette double correction…


Dernière édition par Admin-Gab le Ven 04 Juil 2014, 13:02, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Rapports d'activité 2008/2009   Mer 22 Juil 2009, 09:17

RAPPORT D'ACTIVITES 2008-2009


Que dire en analyse a posteriori de l'année 2008/2009 ?

Revenons aux questions posées par le dernier rapport d'activité : Quel usage quotidien les élèves font-ils de cet outil, au regard du rangement que je viens d’effectuer et qui me permet d’avoir une vue assez précise de la chose…Quelles limites sont signifiées par votre pratique comme au travers des enquêtes bilan ? Enfin, quelles perspectives sont envisageables pour l’avenir ? Nous pouvons les réutiliser cette année, elles restent valables !

Les choses ont-elles changé depuis le dernier rapport ? (cf ci-dessus) Pas si sûr... Le forum est toujours plus utilisé : 155 topics créés en 2008/2009 (contre 89 l'année d'avant et 47 la première année qui ne comptait qu'un semestre, le forum étant né au début de deuxième semestre cette année là) et presque 1300 messages. Mais il est vrai que les élèves postent peu sauf pour des posts de travail demandé. La dimension interactive visible du forum est peu utilisée. En revanche, les MPs se sont multipliés. Beaucoup d'élèves préfèrent me contacter de façon discrète. C'est une possibilité et j'en comprends les raisons. Autrement dit, peu importe la manière, ce qui compte est l'usage qu'en font les élèves et cet usage progresse.
Les topics hotline et entraide entre élèves sont peu utilisés. Sans doute car vous vous aidez par des moyens plus rapides, ils seraient utiles si tout le monde venait chaque soir ce qui est impossible en l'état et ce n'est pas le but. S'ils continuent d'exister, c'est pour vous permettre de demander de l'aide si besoin. Là encore, c'est un peu un mur ou chacun met ce qu'il veut des fois que...
Pour le reste, ne nous berçons pas d'illusions. Certains sont complètement réfractaires à cet outil et c'est leur droit. En fait, il est proposé comme support complémentaire mais personne n'est forcé à l'utiliser ! Je suis présent régulièrement et je sais qui vient quasi quotidiennement et qui ne vient jamais. Chacun est libre, je le redis. Il faut ici comprendre que c'est un plus mis à disposition. Encore plus lorsque les classes sont chargées comme elles l'étaient cette année ; cela limite son usage régulier en salle informatique... Mais bon...
Les lieux les plus visités restent le dico, les espaces "ce qu'il faut retenir du cours" et cette année, l'espace DNL qui a été jugé très utile par tous les utilisateurs. C'est ce qui a motivé son renforcement et la création récente d'un espace spécifique aggrandi, élargi et qui sépare les années (Years 11, 12 et 13). ce sera une nouveauté majeure pour l'année 2009/2010.
Le flop, c'est la vidéo. Personne ne m'a posté de vidéo en guise d'entrainement à la DNL alors que j'en avais expliqué les principes et buts en début d'année. Mais l'idée reste bonne, à nous de la mettre en oeuvre afin que vous en compreniez mieux l'intérêt.


Cette année, j'ai procédé dans toutes les classes au traditionnel questionnaire de fin d'année, avec, nouveauté, des questions spécifiques sur le forum. Rien de bien neuf n'est sorti de l'enquête. Mais deux ou trois idées, comme un support à partir d'un vrai site et non d'un forum (sans doute à terme y viendrai-je mais c'est encore plus de travail au départ... pour un intérêt pas évident actuellement) On a aussi demandé des quizzs de révision, ludique et très bien dans l'idée mais très long à mettre en place et peu adapté au support. Je conserve cette idée en tout cas, elle peut être un bon vecteur. J'y méditerai.
Autre chose, une classe a cette année créé son cyber journal. Je considère cette expérience, au-delà de ses réussites et échecs, comme un enfant de ce forum, le but était d'ouvrir une fenêtre sur le cyber monde, ne pas le limiter dans votre esprit à MSN, Facebook, Twitter ou je ne sais quoi encore. L'expérience To-day est un succès car elle a le mérite d'avoir abouti techniquement ! Là encore, à méditer.


Bref, le forum plus que jamais poursuit sa route, le travail fourni par les élèves expatriés en ce moment démontre, s'il était besoin, son utilité.

Bonne suite à tous et à l'année prochaine pour ceux qui croiseront à nouveau ma route.

admin-gab
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Mer 23 Juin 2010, 15:13

RAPPORT D’ACTIVITES 2009-2010 (1/3)

En cette fin d’année comme toujours bousculée, nous achevons vous et moi la troisième année de plein exercice de ce lieu inauguré le 23 janvier 2007. Beaucoup de temps s’est écoulé depuis… l’émergence de Facebook, le relatif déclin de MSN beaucoup moins utilisé qu’à l’époque où il était le portail de tous les geeks et apprentis geeks. Twitter, l’i-phone, et maintenant l’i-pad… Dans ma salle de classe, l’apparition du vidéoprojecteur a aussi beaucoup marqué cette année scolaire qui s’achève dans le brouillard sud-africain.
Alors quel bilan faire, cette année encore, quels chantiers ouvrir pour l’avenir ? Quelles pistes explorer pour maintenir le sens de ce lieu, son actualité, sa modernité ?

Nous allons explorer deux pistes si vous le voulez bien. La première reprend la question clé classique, longue et déjà si bien posée lors des années précédentes : Quel usage quotidien les élèves font-ils de cet outil, au regard du rangement que je viens d’effectuer et qui me permet d’avoir une vue assez précise de la chose…Quelles limites sont signifiées par votre pratique comme au travers des enquêtes bilan ? Enfin, quelles perspectives sont envisageables pour l’avenir ?
Nous répondrons à cette question dans un premier temps mais nous nous attarderons ensuite à la fin de cette litanie, « les perspectives d’avenir », en élargissant le propos. Car l’arrivée de nouveaux moyens dans l’établissement, l’évolution permanente des outils numériques pose de nombreuses questions qu’il convient de méditer afin de prévoir au mieux l’usage futur du lieu. Ce rapport arrive donc à un moment charnière, et nous verrons qu’il explique un certain nombre de réorientations plus profondes qu’il n’y paraît.

Première partie : le bilan
La lecture du dernier rapport pousse à remarquer que toute sa première partie reste juste. En 2009-2010, le forum a encore davantage été utilisé. Regardons ce rapide tableau :

2007-20082008-20092009-2010
Nombre de sujets91167222
Nombre de messages92113241590
(Les différences entre les chiffres annoncés dans le dernier rapport et ce tableau s’expliquent par l’archivage régulier qui peut expliquer que des sujets/messages aient pu être archivés entre deux rapports. La tendance n’est pas quant à elle remise en cause par ces écarts)

La montée en puissance se confirme, comme les tendances d’usage. On a toujours plus de sujets postés par votre serviteur mais les réponses, incluses dans la statistique « messages », dont le nombre augmente, ne suivent pas la même progression. Cela signifie qu’on a beaucoup de sujets créés mais qui ne donnent pas lieu à énormément de réponses.
On a donc une tendance confirmée, le forum est d’abord pour vous un lieu de consultation. Les dialogues faits au vu et au su de tous ne sont pas le mode de communication premier. Ceci dit, les statistiques masquent une réalité, qui elle aussi se confirme au quotidien ; les élèves ont, beaucoup plus que les années passées, utilisé le système des messages privés. Le plus souvent pour des renseignements ponctuels mais aussi pour des demandes de rendez-vous dans le cadre de mon professorat principal entre autres.

Pour ce qui est de certains topics, comme ils étaient vraiment peu utilisés, voire pas du tout, je viens de les supprimer (la « hotline » par exemple). J’y reviendrai plus loin mais sachez que je gardais ces topics en vitrine pour montrer l’usage possible du forum. Me semblant obsolètes, puisque désormais le lieu est enraciné dans une certaine conscience collective, je n’ai plus autant qu’avant à en démontrer les fonctionnalités théoriques alors…
Les espaces les plus utilisés restent le dictionnaire, le translator de l’espace DNL, les lieux de compilation des notions essentielles du cours (anciennement référencés « ce qu’il faut retenir du cours », qui deviennent désormais « L’essentiel du cours »). J’ai par ailleurs davantage insisté cette année sur certains topics présents depuis le début, que les élèves ignorent souvent. En en faisant la promotion en cours, j’ai pu montrer aux élèves l’intérêt pour eux de surfer dans certains lieux du forum afin de compléter la méthodologie de façon autonome, par exemple. Dans le même temps, il faut rester lucide sur l’usage du forum. Un certain nombre d’élèves n’y viennent que lorsqu’on les y contraint, pour un exercice précis. Sans cela, ils ne s’en servent pas. C’est leur droit le plus strict, et cela ne les empêche pas de réussir. Tant mieux. Cet outil est toujours considéré comme un complément, une excroissance que je juge très utile mais pas primordiale. Toutefois, dans le cadre du professorat principal, elle s’est avérée extrêmement pratique pour poster des informations utiles à la vie de la classe, son information. Le postage des fiches métiers a été par exemple très ludique et vraiment réussi par les élèves. De même, les données concernant le rapport de stage, postées et expliquées, la possibilité pour les élèves, en live, de poser des questions sur la manière de constituer le rapport ont été la preuve de l’interactivité possible quand le besoin s’en fait sentir. A certains moments, donc, le lieu a servi selon cet usage possible qu’est le lien conservé malgré la distance géographique. Avec le temps, je me rends compte qu’il est très agréable de pouvoir compter sur cet espace qui est toujours là comme un outil possible, une poste restante.
Techniquement, les élèves étaient cette année limités dans leur surf par leur référencement dans certains espaces seulement, ils ne pouvaient en effet visiter que les forums dont ils étaient membres. Cela est lourd à mettre en place au départ mais j’ai trouvé les moyens de faire la chose rapidement. Au quotidien, cela n’a pas semblé entraver l’usage. Et cela a permis un dialogue plus précis, puisque certains messages étaient du coup plus directement rédigés. En somme, cette innovation est conservée, d’autant qu’elle va permettre un surf plus sûr l’année qui vient, nous y reviendrons.
Les nouveautés les plus appréciées ont sans doute été la mise en ligne des scans de documents utilisés en cours. Le but au départ était de limiter le nombre des photocopies, ce but est atteint. Même si chacun doit savoir que l’économie est limitée, à mon avis 2000 photocopies tout au plus, pour 120 élèves, 17 feuilles par personne, au regard de ce que cela me coûte en temps, forcément pris sur le reste, je me demande si la pédagogie y gagne mais ce n’est pas l’objet de ce rapport que d’y réfléchir. Chaque société fait ses choix… ce qui est intéressant dans cette technique, c’est l’incitation à revenir au forum pour avoir non seulement les notions essentielles du cours mais aussi les documents du cours. C’est un plus indéniable même si je me questionne souvent : combien ne viennent jamais et n’ont pas, de ce fait, dans leurs notes, les documents que je donnais auparavant ? Leur apprentissage n’en est que moins pertinent, ils ont les documents à disposition mais s’ils ne les réétudient pas dans le cadre de leur apprentissage… certes, j’ai d’abord des classes de scientifiques, pour qui ma matière est souvent secondaire, je comprends leur côté « j’apprends efficacement, je mets l’accent sur ce qui est le plus utile pour moi dans ma filière » mais bon… Voyez, tout choix impacte notre travail, limiter les photocopies, par pression de la hiérarchie ou par effet de mode (développement durable, etc), c’est aussi trancher dans le vif. J’ai fait ce choix, je l’explique aux élèves et ils en acceptent les inconvénients puisque eux aussi trouvent ce choix globalement positif. Je m’y tiendrai l’an prochain mais préparer et poster sur le forum les documents, tout cela a un coût, il ne faudrait pas qu’on l’oublie à l’heure du bilan, estimant que cela va de soi.
Il en va de même d’un autre type de messages que j’ai systématisé cette année : les corrections types et autres commentaires de correction. Longs à faire, ils sont jugés par tous très utiles même si peu y reviennent ensuite en préparation du prochain devoir, ce qui serait pourtant si productif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Mer 23 Juin 2010, 15:17

RAPPORT D’ACTIVITES 2009-2010 (2/3)



Deuxième partie : Pourquoi préparer l’avenir ?
Chaque année, je me livre à une enquête bilan. Cette année, les questions qui concernent le forum montrent clairement, au travers des réponses des élèves l’intérêt du support. Ils s’y habituent et beaucoup parlent de ce qu’il apporte. Il faut donc le maintenir. Mais, et l’on va glisser bientôt vers le deuxième thème de ce rapport, il faut l’adapter. Non par élégance, désir de se renouveler pour le plaisir ou par effet marketing…mais…

Avant donc de penser à l’avenir du forum, revenons aux fondamentaux. Le métier d’historien passe d’abord par une quête des sources (ou leur relecture), et avoir des informations nouvelles, des vestiges du passé, c’est avoir l’esprit le plus ouvert possible à toutes les formes de sources. Par extension, le métier d’enseignant en Histoire suit le même processus, celui de la quête des bons documents, aptes à amener le jeune à comprendre. Mais cette nécessité se combine avec un autre objectif, dont nous devrions tous être conscients ; l’utilisation des moyens modernes de communication. Pour trouver les documents mais aussi et sans doute surtout pour les transmettre aux élèves. Alors me direz-vous, c’est fait puisque, suivant en cela les programmes, j’utilise, entre autres supports, ce forum. Oui mais cette réalité est sans cesse bousculée par les nouveautés technologiques, il faut non seulement suivre mais anticiper la prochaine étape, afin de ne pas égarer les jeunes sur des fausses pistes techniquement parlant, qui les ralentiraient au lieu de les ouvrir. C’est compliqué, cela nécessite du recul, une réflexion réelle sur les champs possibles, les pistes utiles, celles qui sont trop couteuses, en temps (un programme de Première S, c’est disons…60-70 heures de cours, c’est bien peu pour construire une pensée analytique, synthétique, ponctuelle et globale…) comme en argent (le coût des PC est désormais dérisoire, 250 euros le note-book mais combien coutent annuellement les forfaits ????).

Le monde qui nous entoure démontre chaque jour combien il est nécessaire de maîtriser ces outils, en connaître les excès, les limites. Je prendrai deux exemples, complètement opposés. Le premier est l’usage des réseaux sociaux (Twitter entre autres) lors des soulèvements survenus en Iran. Nous avons tous en mémoire ce qui est advenu à cette jeune française étudiant là-bas. L’impact sur notre information de ces réseaux, leur rôle dans la diffusion d’une information (quelle information, venue de qui, dans quels buts…). Les questions sont multiples, entre témoignages à chaud, réactions mesurées, cris de douleurs, manipulations, ces moyens de communications nous condamnent à revoir notre perception du monde. A tous points de vue, il faut amener les jeunes à réfléchir, prendre avec recul, pincettes etc ces révolutions dans la manière de concevoir le monde. Au temps des romains, les pièces de monnaie constituaient d’excellents vecteurs de la propagande impériale, la rue était au XIXème siècle le lieu des révolutions. La télé a été pour beaucoup dans la condamnation de la guerre du Vietnam et les pouvoirs politiques ont appris depuis à museler les journalistes, du moins ont-ils tenté de les contrôler… Que dire de ces moyens nouveaux, où le jeune, depuis son bureau, accède au monde seul, sans filtre ou en disposant d’un filtre dont il ne maîtrise pas les objectifs. Cette révolution permanente résout-elle d’ailleurs les grandes questions ?

Un deuxième exemple, beaucoup plus proche de nous, que je prends volontairement à chaud afin d’ancrer ce rapport dans un temps qui sera bien vite révolu (libre au lecteur de faire pour lui-même l’analyse des futurs événements concernant ce sujet, excellente preuve de mon propos…). Je veux parler de l’affaire « Equipe de France au mondial 2010 ». Ce rapport est rédigé le lendemain de la défaite contre l’Afrique du Sud, nous sommes le 23 juin. Que peut bien faire un tel sujet dans une analyse sur la pédagogie et l’usage du numérique dans un professorat d’H-G ? Attendez… Certains observateurs qui ont déjà pris du recul disent que la situation vécue par l’équipe de France s’observe dans beaucoup d’équipes. La pression, les enjeux, la tendance à l’isolement face à une presse toujours plus intrusive. Bien sûr, l’une des équipes a failli la première, pour des raisons extérieures au propos. Mais toutes les équipes n’ayant pas réussi leur entrée sont vite dans ce marasme. Ces mêmes moyens de communications rendent sans doute la prise d’informations plus facile pour les journalistes (SMS, coup de fil depuis un portable et que sais-je encore…) C’est un grand entraineur, qui a sous ses ordres, dans son équipe de club, des joueurs de plusieurs sélections qui le dit. Comment comprendre l’acte de mise en grève d’un groupe et surtout l’impact qu’il a eu ? On parle d’«internetisation» des journaux, comme pour justifier l’usage de grossièretés en une du quotidien sportif français. Les dérapages de la presse numérique (y compris des médias très réputés) ont été nombreux ces derniers mois. Est-ce l’étape suivante, celle où la soit disant intimité du net permet d’en dire plus ? La parole écrite perd peu à peu de sa force, elle devient un oral écrit, le poids des images n’a jamais été aussi lourd. Leur analyse est bâclée par des médias qui entretiennent un brouhaha permanent. Entre des chaînes d’informations permanentes heureuses de tenir un bel os à ronger et des bateleurs qui ne cherchent qu’une chose, rajouter de l’huile afin d’entretenir l’incendie, donc l’audience, on prend en otage la société toute entière dans une cacophonie difficile à éviter. Ici, j’ouvre bien des pistes, dont beaucoup sont connues d’ailleurs mais dont les effets se trouvent grossis par les nouvelles technologies. Il est plus que jamais urgent de donner du sens à tout cela, pour permettre à nos jeunes de ne pas être esclaves de ce techno-monde.


Oui, il faut aller de l’avant pour donner un sens sans se perdre. C’est d’ailleurs l’impression que pourrait donner la deuxième partie qui s’achève par ces mots. Je ne le crois pas. Si certains de ceux qui lisent ces lignes ne comprennent rien parce qu’ils connaissent mal ces outils, je suis sûr qu’ils comprennent le reste. Or le problème est bien que les jeunes, le plus souvent, comprennent la notice d’usage des outils mais pas le sens du message. Le propos ne s’arrête pas à «cette une est choquante», ou bien « Ils n’ont plus de limites». Quand on présente un document, en histoire, on doit étudier son auteur, le contexte, la nature du document… C’est bien de cette démarche globale qu’il est question, l’outil numérique, devrais-je plutôt dire les si nombreux outils, doit être connu, maîtrisé, afin d’être un citoyen libre demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Mer 23 Juin 2010, 15:30

RAPPORT D’ACTIVITES 2009-2010 (3/3)


Troisième partie : Les changements d’aujourd’hui et de demain.
Je fus un pionnier dans l’usage d’un tel support. D’abord en salle informatique, au CDI, puis via mon ordinateur portable et depuis peu mon vidéoprojecteur. Entre temps, les choses avancent, les salles d’Histoire-géographie seront l’an prochain équipées de systèmes de vidéo-projection, nous espérons avoir au plus tôt le wifi à notre étage afin d’optimiser l’ensemble. Centrons le débat sur le forum, quand bien même pourrions-nous digresser sur des données autres (un pc par élève, copies numériques, cartable ou livre numérique etc…).

Un élève, l’an passé, m’avait suggéré de réagencer le forum afin de le densifier, d’en donner une version plus compacte qui évite le côté « long menu déroulant en page d’accueil». Il n’avait pas tort mais je lui avais dit que je ne pensais pas utile en l’état de procéder à ce changement. C’est désormais chose faite, par suppression de topics peu utilisés, plus souvent par rassemblement de topics et si quelques modifications surviendront sans doute encore dans les temps qui viennent, la structure du forum a considérablement changé. Pourquoi ? Tout d’abord, je pense désormais que les yeux des jeunes sont prêts à lire un écran rempli d’une foule de données complexes. Il faut bien partir de leur perception des choses et même si je ne suis pas médecin, je m’estime capable de mesurer leur capacité à analyser une page d’accueil de site. Les nouveaux lycéens qui arrivent, qu’ils viennent d’un collège très équipé et doté d’une équipe dynamique sur ce plan ou d’un collège plus « classique » (ce qui dans mon esprit n’est en rien péjoratif), sont rompus aux écrans dynamiques des I-phones et autres bidules du même ordre. Ils ont cet instinct que nous n’avons pas, parce que baignés dans ce monde et sans doute aussi parce qu’ils sont… jeunes. Bref, la nouvelle structure du forum est plus rapide à scanner globalement même si les informations sont plus petites, nous dirons que davantage de choses s’y lisent sur un même écran. A l’usage, le but est de rendre le surf plus rapide, l’économie en temps est réelle mais à leurs yeux, ce qui compte, c’est le côté punchy. Du temps, ils en ont. Ce qu’ils veulent, c’est que les choses aillent vite, je pense que vous voyez ce que je veux dire.
Cette refonte a d’autres conséquences positives sur le surf, les sujets seront plus faciles à trouver, les risques de se perdre moins grands (le système de référencement dans les seuls espaces réservés à son propre niveau limite les égarements de l’utilisateur). J’ai toute confiance en ce nouvel agencement. Cela fait un certain temps que j’y pensais, j’ai attendu la fin de l’année scolaire pour ne pas avoir à réapprendre les rudiments du surf aux élèves les plus lents à s’adapter aux nouveautés.

Cette adaptation répond aussi à une nécessité pratique dans les mois qui viennent : l’usage du forum durant le cours. Pour le moment, cela reste très rare (sauf dans le cas d’un usage en salle informatique ou au CDI), d’autant que la connexion que j’ai est très instable, pour tout dire absolument pas fiable. Mais il est question de pouvoir bientôt se connecter sans problème durant le cours. A ce moment-là, le forum deviendra encore plus utile, son usage encore mieux maîtrisé, etc. Sauf qu’il faut parvenir à projeter une image lisible, claire. Et sur ce plan, le compactage du forum répond parfaitement à ce besoin. Ce qui est compacté, la page d’accueil, permettra de s’y retrouver plus vite sur la projection. L’étape suivante sera, peut-être, une modification des couleurs du lieu. Cela me navrerait, je tiens beaucoup à l’habillage d’origine, même si je vais peut-être modifier deux trois détails dans les jours qui viennent sur ce plan. J’y tiens surtout car le noir use peu les écrans, les yeux et il consomme peu. C’est un choix depuis longtemps expliqué aux élèves mais si je n’ai pas de rideaux dans ma salle, je veux dire de rideaux véritablement occultants, nous devrons penser à une refonte des couleurs. Ou un forum clone ? Double de celui-ci mais habillé autrement ? Possible mais encore couteux en temps… nous verrons, le plus urgent est de faire comprendre que les changements ont des buts techniques et pédagogiques.

L’avenir, c’est sans doute aussi un usage plus grand de la vidéo. C’est un domaine très peu utilisé pour le moment…et qui pourrait tant aider. Enfin…
Une autre chose risque de changer l’usage de ce lieu, ce sont les nouveaux objectifs pédagogiques du programme de seconde, les travaux liés aux nouveaux temps forts de l’emploi du temps d’un élève de seconde (se reporter à toute la description du nouveau lycée). Nous sommes tous en train d’y travailler, je n’ai que deux ou trois idées en l’état mais on pourrait développer certaines choses dans le cadre de l’accompagnement personnalisé par exemple. Comme un certain nombre de choses dépendent de décisions que je ne maîtrise pas, attendons la suite des opérations.
Pour lier cette dernière partie avec la deuxième partie, il est clair dans mon esprit que je vais faire travailler, d’une manière ou d’une autre, un certain nombre de groupes d’élèves sur les réseaux sociaux. L’ECJS sera peut-être le lieu privilégié, les TPE aussi, qui sait… Il faut avancer dans cette voie, travailler le multimédia toujours et encore pour en maîtriser les codes, l’intérêt, les limites.



Pour conclure ce vaste tour d’horizon qui dépasse largement le seul espace virtuel qu’est le forum « Autravailavecgaby », que retenir de cette quatrième année, troisième année de plein exercice ? Le temps du défrichage est révolu, l’heure est à l’optimisation et la nécessaire adaptation aux incessantes avancées. Il faut aller plus loin, avec toujours à l’esprit l’idée d’apprendre à utiliser ces supports, apprendre à maîtriser les nouveautés, compter sur les savoirs des jeunes (chaque fois que j’utilise une technologie numérique, j’apprends grâce à eux car ils savent aussi beaucoup) pour mutualiser les savoirs techniques tout en leur amenant ce que nous seuls pouvons leur amener, un usage raisonné, sage, qui fasse d’eux des gens pleinement conscients. En se transmettant les savoirs, ils amplifient leur propre maîtrise car c’est lorsqu’on doit expliquer à quelqu’un que l’on conceptualise le mieux ce que l’on sait… Je dois dire que c’est aussi pour moi un excellent moyen de rester en contact avec une vision des choses qui n’est pas celle de ma génération. En cela, c’est une cure de jouvence permanente. Un défi aussi…
On est loin du gadget, ce lieu n’est pas le point de départ, ni la destination. Il n’est finalement même pas le chemin. Il est la rencontre lors du trajet, la discussion que nous avons avec les autres voyageurs, ce que nous avons appris d’eux, et ce qu’ils ont retenu de nous. Voilà pourquoi il se vide régulièrement chaque mois de juin, se remplit peu à peu à partir de septembre. Il est une année scolaire qui disparaît naturellement. Nous savons tous marcher mais personne ne saurait expliquer comment il a appris, par quel processus, qui l’a encouragé à aller de l’avant. On a tous appris, en plusieurs jours et finalement, on a tous marché, un jour.
Ils surfent comme ils marchent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Lun 01 Aoû 2011, 08:47

RAPPORT D’ACTIVITES 2010-2011



Une fois n’est pas coutume, nous allons faire un peu plus court cette année. Et nous focaliser sur quelques points précis… Ceci car bien d’autres thèmes ont été déjà évoqués et peu de choses dites dans les anciens rapports seraient obsolètes…
Ce rapport intervient plus tard que d’habitude mais c’est juste lié à mon propre emploi du temps de fin d’année scolaire. Je le rédige en fait le jour de ma reprise, comme une façon de faire le lien entre les deux années.
Nous développerons deux thèmes essentiels cette fois, la fréquentation et l’usage en cours.

Commençons par l’usage, puisque c’est la grande nouveauté de l’année.
Nous avons désormais un vidéoprojecteur et une connexion fiable en cours ce qui nous a permis de véritablement utiliser le forum comme support complémentaire. Plus encore que par le passé, j’ai donc pu préparer des messages dont je savais que je pourrais les utiliser tel quel en cours. Cela a renforcé de manière évidente le forum car cela a permis à chacun de voir comment on l’utilise au quotidien. Un certain nombre d’élèves ayant encore du mal à se servir de ce support, voir le professeur le manipuler permet de répondre à des questions d’utilisation avant même qu’elles ne se posent (« où cliquer pour répondre », « comment surfer efficacement » etc).
Un petit problème persiste, né de la volonté de faire un support économe en énergie (rappel, l’envoi d’un mail génère selon une étude récente 19 grammes de C02, il faut donc par extrapolation toujours avoir en tête les coûts de ce support et un écran noir consomme moins qu’un écran blanc…). Le noir, très présent sur le forum rend a priori le forum mal lisible sur écran. Nous devons toujours tirer les rideaux, et zoomer (200% en général) pour rendre le forum lisible. Mais ce n’est pas très gênant, juste une question d’habitude si l’on y réfléchit. Ce n’est donc pas dans un avenir proche que le design du lieu va être bouleversé !
Toutes ces analyses faites, nous devons constater que le surf possible à tout moment du cours a surtout permis aux élèves de prendre conscience du lien étroit qu’il existe entre le forum et le cours. A chaque fois qu’il y avait une question du genre « c’est où sur le forum ? », le fait de pouvoir le montrer instantanément a permis de démontrer que ce lieu a vraiment sa raison d’être et que l’on peut y retourner chez soi le soir pour compléter le travail.
Au-delà de l’évident complément qu’il apporte au cours (jusqu’à poster de nouveaux sujets en live à la demande des élèves durant le cours), le forum a vu sa pertinence renforcée par cette possibilité quotidienne. Et cela m’amène au deuxième thème de ce rapport annuel, la fréquentation.

J’ai déjà travaillé sur le nombre de posts, le nombre de sujets… Relire les rapports précédents pour mémoire… Cette année d’ailleurs, on a un léger recul du nombre de messages et de sujets (mais je n’étais pas professeur principal, ce qui enlève une partie non négligeable en terme de posts).
Je me suis attaché à compter (c’est assez long) le nombre de visites totales sur l’année pour les seuls sujets nouveaux, créés au cours de l’année. Mon idée était de confirmer une impression que j’avais…D’où ce résultat.

Nombre de visites par sujet en 2009-201092
Nombre de visites par sujet en 2010-2011101
J’ai additionné le nombre de visites par sujet pour chaque année, puis ai divisé par le nombre de sujets. Vous allez me dire, encore une statistique erronée par le simple fait que certaines conditions d’utilisation ont changé. De quoi parlons-nous ? Oui, je suis allé plus souvent en cours sur le forum, ce qui génère des visites nouvelles en comparaison des années précédentes. Mais à l’inverse, je suis plus rarement allé en salle informatique pour utiliser le forum avec les classes/groupes… Or ces séances génèrent de très nombreuses visites d’un seul coup. On peut raisonnablement penser que cela s’équilibre (à mon avis, le surf en salle informatique, en cumulé, générait davantage de visites). Bref, même si les données sont à nuancer, le professeur générant lui aussi des visites, la moyenne est en nette hausse. Et, en outre, jamais je n’avais imaginé qu’on aurait une telle fréquentation moyenne, qui signifie qu’on a une moyenne de trois à quatre visites par élève pour chaque sujet (comptons trois, c’est déjà probant).
Autrement dit, c’est bel et bien un outil utilisé (et non pas seulement utile), et de plus en plus. (soit dit en passant, plus de 20000 visites au total cette année...)

Alors les pistes d’avenir ?
Ce forum reste essentiellement un lieu de stockage d’informations, je reconnais qu’il est très « littéraire », pas aussi aéré que d’autres lieux existants sur la toile mais c’est son but premier. Au-delà de la seule fréquentation, j’ai aussi vu le nombre de messages privés considérablement augmenter. C’est un autre signe de la familiarisation avec l’outil. Les buts restent les mêmes, la seule chose qui ait vraiment changé depuis la création de ce forum en janvier 2007, c’est la maîtrise de ce genre de lieux par les élèves. Désormais, ils s’en servent très vite de manière efficace (même s’ils prennent conscience que c’est consommateur en temps quand il s’agit de créer son propre travail), il est un élément de plus en plus naturel. Pour ceux qui découvrent ce genre de support, force est de constater qu’ils rattrapent très vite leur retard, en lien avec les autres matières et avec tout ce qui est fait dans le cadre du BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET.
Dernière chose, même si cela fera l’objet d’un autre message très prochainement : cette année, en accord avec mon chef d’établissement, le forum sera, dans des espaces réservés à cet effet, mon cahier de textes. Moyennant quelques adaptations des sujets anciennement intitulés « Ce qu’il faut retenir du cours », (qui deviendront « Cahier de textes (Histoire et Géographie) »), on tient là une des grandes nouveautés pédagogiques de l’année à venir. Mais nous y reviendrons en temps et heure.


add-on : petit cocorico décalé => le record du nombre de visites en instantané a été pulvérisé cette année, 49 visiteurs en même temps un soir... sauf qu'à mon avis, cela tenait à un message que j'avais posté en page d'accueil, qui faisait référence à un jeu mondialement connu. Cela est lourd de sens et nous invite à rester modeste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Dim 15 Juil 2012, 15:37

RAPPORT D'ACTIVITES 2011-2012.



Etrange nécessité cette année que de rédiger un rapport d’activités. Parce qu’un accident de la vie m’a éloigné de mes élèves durant presque trois mois, l’année n’a rien eu à voir avec les précédentes.
Evacuons tout d’abord les données liées à cette péripétie. Nous aborderons ensuite les autres faits notables de cette « saison ».

La première évidence liée à mon « absence » est l’arrêt des échanges quotidiens, l’interruption immédiate de l’actualisation. Forcément dans un premier temps, volontairement ensuite.
Car à partir du moment où j’étais en convalescence, j’aurais pu m’égarer dans un maintien à distance des relations avec les élèves. C’eut été néfaste à la relation entre ma collègue assurant mon remplacement et nos élèves. Il ne fallait pas user de ce lien, à savoir ne pas perturber la relation entre elle et nos/ses élèves. De même, certains élèves m’ont envoyé des messages de soutien via le forum. Je n’y ai pas répondu et m’en suis expliqué à mon retour auprès d’eux. Entre temps, j’ai répondu à chaque lettre que je recevais par courrier « à l’ancienne ». Car il n’était pas question d’ignorer ces témoignages. Mais il fallait que je marque clairement la frontière, numériquement parlant (pour leur apprentissage comme pour ma convalescence). D’autant que j’avais décidé de laisser le forum accessible. Petite gymnastique à laquelle il fallut se plier. En tant qu’administrateur, je me devais de conserver un œil sur ce qui s’y passait. Absence, présence… il est urgent de redire que le professeur en arrêt maladie l’est aussi sur le forum. La personne demeure responsable du lieu, qu’il soit laissé à disposition ou qu’il soit temporairement suspendu, ce que je n’ai pas décidé cette fois mais à bien y réfléchir, aucune solution n’est satisfaisante. La seule chose à faire reste de prévenir ce genre d’incidents en inscrivant une procédure dans les principes. Ce qui a été écrit dès l’origine dans le topic « Moyens ». On peut aussi espérer de la part des usagers une exigence raisonnable. Ce lieu est un plus, il ne doit en aucun cas devenir une « obligation contractuelle ». Le bon sens demeure une garantie de confiance mutuelle. C’est aussi le but d’un tel rapport que de graver tout ceci dans le marbre, en fait ici faire de l'épigraphie numérique...
Mais cela n’a pas empêché le forum d’exister, de vivre. Certains élèves ont continué de le visiter, et la collègue, béotienne au départ, l’a utilisé, de manière sporadique certes mais elle l’a fait. Quand je suis revenu, les choses ont repris leurs cours naturellement. Il apparaît clairement cependant que cette longue interruption a limité l’apprentissage de l’usage du support. Je n’ai pas pu construire les mêmes réflexes que les années passées. On pouvait s’y attendre mais cela va mieux en le disant.


Il est dommage que l’élan ait été quelque peu brisé. Car cette année, lors de la première réunion entre parents et professeurs, j’ai eu de longs échanges (sans doute trop d’ailleurs du fait de ma tendance à la logorrhée) avec les parents de la classe dont j’étais alors le professeur principal. En une petite heure, j’ai pu une fois de plus mesurer combien les adultes sont à la fois fascinés, impressionnés, méfiants… vis-à-vis de ce genre de supports qu’ils ne maitrisent souvent que très mal. Et dont ils ont l’intuition qu’ils sont à la fois utiles et piégeux pour leurs rejetons. Cet échange leur a entre autres permis de se rendre compte que je savais très exactement où j’allais avec cet outil ce qui a été d’autant plus porteur quant à la crédibilité de la chose. Sans doute les circonstances de cette réunion ont-elles permis une telle mise en avant (vidéoprojecteur/PC/connexion en live, statut de professeur principal qui donne plus de temps à l’échange et choix du lieu comme un terrain privilégié d’échange via la partie « Professorat principal » dans le forum… J'avais conçu cette réunion afin de mettre cet outil en valeur). Mais il serait exagéré de croire que les parents d’il y a ne serait-ce que 4 à 5 ans étaient déjà au fait de l’existence de ces supports et de leurs utilisation/utilité. On assiste à une réelle montée en puissance, rapide et désormais absolument nécessaire. Il faut rappeler que si les ménages français ont rattrapé leur retard en terme d’équipement numérique, cela est loin d’être le cas pour les écoles/collèges/lycées. Nous assistons actuellement à une explosion qui dans la tête des familles correspond au pire à une mode, au mieux à la réalité que nous sommes dans le mouvement. C’est hélas une simple mise en route très tardive car le retard français est réel quant à l’usage de l’univers numérique comme support pédagogique. Il ne saurait être question d’être alarmiste. Il faut juste prendre conscience que nous sommes dans le peloton de queue au sein de l’UE sur ce plan là. Et déjà, alors que l’équipement en hardware (matériel) se renforce, il faut à nouveau se pencher sur l’usage que les jeunes en font. Parmi les nombreuses dérives observables, l’erreur classique du plagiat est un danger, celle de la triche en est un autre. C’est pourtant l’enjeu que renferme le « B2i », former un cyber-citoyen, un cyber-conducteur pourrions-nous dire pour reprendre l’idée du brevet de sécurité routière (BSR, constitué de l’ASSR1 et ASSR2). Il faut renforcer l’apprentissage des règles de vie, des lois qui régissent l’univers numérique. C’est une tâche extrêmement complexe d’autant que cet engin (réduisons l'univers numérique au seul PC pour le confort de la démonstration...) est aussi un "membre de la famille". Je veux dire par là que nous avons ce territoire en commun avec les familles et qu’il est question dès lors d’évoquer les pratiques propres à chaque famille. Aborder cet aspect, c’est risquer le conflit (entre le reproche fait aux enseignants d’un laxisme et celui d’un excès de règles…) avec des parents souvent très peu et très mal informés (il n'est pas sûr que nous le soyons nous-mêmes autant qu'il le faudrait)…. Quant aux jeunes, les récentes affaires de fuites au bac sur le net démontrent de nombreuses choses, à commencer par l’inconscience et la maladresse de certains jeunes. Le ministère a traité la question avec sagesse, démontrant que les autorités elles aussi savent de mieux en mieux où elles vont.
Sur ce point, concluons en disant que les parents semblent prendre la mesure de ce qui est une seconde nature chez leurs enfants. Et le plus souvent ce ne sont pas les parents qui ont appris à ces derniers à marcher dans l’univers numérique. Quand un enfant tombe, il n’a pas automatiquement mal dans cet univers virtuel. Il est bien ici question d’une communauté d’adultes faisant face, au mieux qu’ils peuvent le plus souvent…
Il est aussi question de méditer sur le tout gratuit à savoir l’usage de logiciels qui sont de bonnes portes d’entrée, à l’usage pas si simple pour le novice et à l’emploi limitant pour l’utilisateur quotidien. A force de vouloir faire des économies, on risque de se retrouver à apprendre à des jeunes l’usage de techniques obsolètes, démotivantes, et finalement insatisfaisantes. Cette tendance s’explique par des soucis de coûts mais elle pose un problème majeur pour l’avenir. Je garde ma réponse pour moi mais en quoi est-ce bienvenu en 2012 d’apprendre la conduite avec un véhicule aux caractéristiques datant des années 60 ? C’est tout le problème de cet univers qui pratique avec science l’art de l’obsolescence programmée, quand il n’est pas question de simple mode (par définition passagère)… Rien n’est réellement gratuit dans cet univers. On achète un smartphone un euro contre un abonnement finalement très onéreux, on souscrit à des choses intrusives en échange de telle ou telle « appli » offerte. Il serait bon de prendre le temps de réfléchir à une politique à long terme sur ce plan. Sous peine de tomber dans les écueils dont nous cherchons à protéger nos élèves. Il y a là une vraie question et je n’ai pas la prétention d’avoir raison en prônant du software (logiciels) acheté. C’est à ce stade une question qui mérite d’être posée. A ce sujet, le forum est gratuit. S’il était payant, il n’existerait pas. En tout cas pas sous cette forme. On frise la schizophrénie si l’on y réfléchit….
Vous voyez, à la relecture de ces lignes, on déborde largement de la simple analyse des usages du forum.

Restent deux aspects à aborder, qui nous ramènent au forum.
Ce lieu a été l’objet d’une session pédagogique au cours de laquelle j’ai exposé à des professeurs en formation la manière que j’ai d’utiliser, concevoir, faire vivre ce forum... Ce fut un échange fructueux, qui a permis de faire avancer les choses, en ciblant des objectifs précis. Mon idée était de faire passer à mes collègues plusieurs messages simples : utilisez le numérique, osez, prenez en compte le lieu où vous travaillez, votre public, osez mais restez libres, conscients. Et soyez créatifs. En d’autres termes, utilisez au mieux la puissance de cette galaxie. C’était une forme de reconnaissance de ce qui a été fait depuis plus de cinq années que de pouvoir ainsi le mettre en lumière. Cela m’a aussi ouvert des portes sur l’avenir. Nous verrons. Une autre reconnaissance est venue ces derniers mois ; le forum est désormais sous une adresse « .org » et non plus « .forumactif.fr » (possibilité offerte par mon hébergeur). C’est un signe intéressant dont je garde pour moi le sens qu’il a…
Par ailleurs, j’ai déjà eu l’occasion de développer l’idée que ce lieu est pour moi une sorte de clé USB immatérielle, un lieu virtuel accessible depuis n’importe quelle UC (unité centrale comme on disait il y a de cela plusieurs années). C’est à la mode de parler de cloud désormais. Je l’utilise comme tel mais tout mon travail n’y est pas, loin s’en faut. En tout cas, on est bien dans cette idée. J’ai testé aussi la dimension « cahier de textes » puisque le forum était le lieu d’existence de mon cahier de textes. Il faut reconnaître que si techniquement, la chose a fonctionné, me prenant peu de temps, les élèves ne semblent pas l’avoir beaucoup utilisé (mais n'en est-il pas de même du cahier de textes "papier" ?). Ils n’en ont rien dit dans les enquêtes de fin d’année donc... (Cela va peut-être de pair avec une tendance que je vais observer l’an prochain ; les élèves commencent à trouver le support comment dire… banal… Encore un pressentiment à étudier, une piste… Mais c’est une autre affaire.) C’est un long débat que cette affaire de cahier. Il appartient aux autorités de tutelle de clarifier l’usage qui peut être fait d’un tel support. Les questions (angoisses ?) des enseignants à ce sujet sont légitimes, le sujet n’a pas vraiment sa place ici, sauf à évoquer le support.

Mince alors, je m’étais dit « cette année, on va faire court ». Et en fait, on a un peu débordé du sujet et du temps imparti… tant pis, les pistes sont là. A méditer comme je dis souvent. Car le sujet déborde du simple usage du lieu on l’aura compris, on est dans une question plus globale désormais. Ce qui prouve que les choses sont institutionnalisées.

édité le 02-08-12 pour modifications rédactionnelles. (certaines choses ne me plaisaient pas dans la version 1)
1402-1456
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Mar 16 Juil 2013, 19:20

RAPPORT D'ACTIVITES 2012-2013.





Le contexte de rédaction de ce rapport est un peu particulier cette année puisqu'un autre sujet va en partie lui couper l'herbe sous le pied. Le forum est en profonde refonte, en premier lieu il ne s'appelle plus "AU TRAVAIL AVEC GABY" MAIS "AU TRAVAIL AVEC GABY 2.0". Les modifications portent sur l'esthétique, on pourrait parler de cosmétique, sur la structure mais plus clairement sur la nature du travail effectué avec les élèves. Comme le post Histoire d'une mue particulière (ATAG devenu ATAG 2.0)  explique ces modifications, leurs finalités, il reste à analyser l'année qui s'achève. Ce rapport sera sans doute plus rapide que les années précédentes car l'avenir prime et se tourner vers une prévision de ce qui vient est plus utile en l'état actuel des choses, d'autant que peu de nouveautés émergent de l'expérience 2012-2013. Il est toutefois plusieurs choses intéressantes à évoquer, lançons-nous.


Il est clair cette année qu'une tendance s'est renforcée quant à l'usage du forum. Trois catégories d'élèves apparaissent à l'analyse de la fréquentation de l'année ; les accros, les réguliers/épisodiques, les réfractaires. Décrivons-les dans l'ordre. les accros sont très peu nombreux mais ils ont utilisé le forum au moins une fois par jour, on peut les qualifier de "toujours en ligne", au top de l'info quant à la compréhension de ce qui est fait en cours. Pour eux, l'outil permet d'approfondir et consolider les savoirs et acquis de méthode. Ce sont d'abord eux qui ont multiplié les questions en message privé et leur capacité à creuser des questions n'est plus à démontrer. Pour eux, le forum est perçu comme très utile.
Les réguliers viennent moins, ils picorent l'info quand ils estiment en avoir besoin. Cela va d'une fréquentation d'une fois ou deux par semaine à une fois par mois. Mais ils savent se servir de l'outil et en perçoivent le but. Peut-être, et c'est leur liberté, ont-ils d'autres manières de travailler. L'apport du forum ne leur apparait pas vraiment nécessaire. Dont acte.
Restent les réfractaires, peu nombreux (deux à trois élèves par classe tout au plus ?) mais qui n'y vont jamais. Quelques uns n'y ont jamais été suite à leur inscription... Qu'est-ce à dire ? Il faut mettre ce constat en parallèle à leur rapport au travail en général (et donc de leurs résultats le plus souvent). Peu ou pas motivés, ces élèves sont proches de décrocher. Le support ne les rebute pas, c'est le travail qui leur est étranger. Je ne vois donc pas là un rejet du support, il me semble juste pertinent de savoir comment les encourager à raccrocher les wagons, et se repose la question de savoir comment démontrer l'intérêt d'un tel support. (On peut aussi voir ici le fait que le forum n'est pas une solution miracle, plus généralement, les outils numériques ne peuvent constituer une réponse générique idéale au manque d'intérêt ponctuel ou durable d'un jeune). il faut reconnaître que les réformes en vue quant à l'usage du forum ont entre autres but d'aller les chercher. Mais c'est l'affaire du post complémentaire à ce bilan.

Si nous élargissons la question de la fréquentation, deux points sont à évoquer. L'un concerne les membres, l'autre les invités.
Les membres ont été un peu moins actifs cette année, cela ne m'inquiète pas. La fréquentation augmente avec la proximité de l'examen.... peu de classes d'examen dans mon horaire, moins de fréquentation. Mais je vais quand même consacrer davantage de temps à l'avenir en 2de pour inscrire le forum dans les habitudes de travail des élèves. Car inscrire le forum dans des habitudes de travail, c'est d'abord inscrire des habitudes de travail... Quant aux invités... De très nombreux invités visitent le forum et le spectre s'élargit. De nombreux états-uniens sont surfeurs réguliers sur les parties ouvertes à tous, on a une internationalisation croissante, pas seulement francophone (on peut même dire que les francophones sont très minoritaires). Ukrainiens, Chinois, Allemands, Russes, Indiens... Qui sont-ils et que viennent-ils chercher ? Une fois, c'est le hasard mais quand le hasard se répète... peut-être est-ce affaire de cosmétique jugée lisible, peut-être sont-ce les mots clés issus des programmes que j'ai sur le forum... Et si c'était la pédagogie qui attire ? Franchement, toutes les analyses sont possibles ici. J'y vois au quotidien une manière de tester la popularité d'un lieu pourtant très fermé, cela me permet aussi de voir évoluer la toile (des connexions venues d'Afrique ont même été constatées, plusieurs fois du Maghreb, une fois du Congo). Il y a là une piste que je garde pour moi en l'état, nous verrons peut-être un jour.

Une dernière chose peut être utilement discutée, car bien des aspects des rapports précédents restent vrais et y revenir serait redondant ; le temps passé par votre serviteur pour la gestion de la chose ne constitue pas un problème. Comme l'outil reste plaisant à gérer et qu'il est un peu mon bébé, les efforts ne sont pas toujours perçus comme tels. Mais surtout, l'habitude devenue réflexe permet de ne pas perdre trop de temps ce qui rend la gestion raisonnable en terme d'investissement. Des modifications vont intervenir (cf post 2.0 ...) qui pourraient s'avérer consommatrices. Mon but sera de faire en sorte que cela reste jouable/vivable (car mon coeur de cible demeure l'élève), au besoin en adaptant certaines choses. Là encore, le post 2.0 y répondra.

Voilà, un rapport finalement assez rapide. vous l'aurez compris, la nécessité de faire une analyse du futur l'emporte en l'état sur le bilan. Alors...si vous le souhaitez, allez lire ce qui concerne demain !
Merci à toi lecteur curieux/intéressé. Bonne suite,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Ven 04 Juil 2014, 12:45

RAPPORT D’ACTIVITE 2013-2014




Il est surprenant d’étudier notre rapport au temps. Et plus généralement aux statistiques, aux données. Dans un monde où les chiffres sont épluchés dans tous les sens, avec une propension de plus en plus nette à la déformation permettant de leur faire dire ce qu’on a envie qu’ils disent, afin de masquer nos opinions/desseins sous le couvert de leur caractère brut, se pencher sur la pertinence de toutes ces analyses est une excellente entrée en matière. Qu’allons-nous retenir de cette année ? Y-a-t-il vraiment du neuf ? Est-il si nécessaire ? (le neuf, la nouveauté…)
Plusieurs éléments entrainent une première partie de rapport axée sur les données constatées. Des données qui pourraient sembler périphériques mais qui sont en fait au cœur de l’utilisation d’un support numérique pour qui tente de donner du sens aux outils permettant une analyse de la fréquentation.  Il faudra par ailleurs étudier les usages qui auront été constatés cette année, sans trop rentrer dans les détails car bien des choses perdurent, ont déjà été évoquées dans les rapports précédents. Une troisième partie sera ciblée sur le non-dit. Je n’en dis pas plus pour le moment, gardons le suspense quant à ce troisième tercio…

Ayant constaté avec les années une fréquentation régulière issue de nombreux horizons, je m’étais lancé en septembre dans une comptabilité des visites, en fonction du lieu, quand moi-même j’étais présent. La hiérarchie des pays représentés reprenait le plus souvent la géographie mondiale des capacités numériques, avec quelques exceptions (Ukraine, Russie…) pour lesquelles on pourra toujours fantasmer (ex-KGB, Hackeurs…). Les moteurs de recherche américains sont très présents (Yahoo, surtout Bing et Google) mais aucune trace des moteurs de recherche européens, à commencer par Qwant, moteur français assez bien fait, original mais qui ne semble pas avoir remarqué ce forum pour le moment. Les chinois étaient très présents, deuxième pays après les EU, si l’on n’englobe pas les ex-pays de l’URSS dans un tout… (voyez, je fais dire aux chiffres ce que je veux…, ainsi un BRIICS vaut plus qu’un super grand du temps de la guerre froide… pardon, la Russie est un BRIICS…les élèves savent ce que j’en pense, de cette classification…) je m’égare…
Cette statistique tournait bien jusqu’au jour ou Forumactif n’a pas reconduit mon URL « Autravailavecgaby.org ». Comme je n’ai pas voulu débourser des sous pour ça, le support est redevenu « Autravailavecgaby.fr », perdant le lien avec ces visiteurs réguliers. La fréquentation des invités a d’un coup disparu ou presque, et cette statistique a de fait perdu son sens. Fin de l’ascension dans les charts du forum, fin du comptage… Mais c’est intéressant de constater la chose. Dans tous les cas, la vocation du lieu n’est pas de se connecter au monde. Le public est fait des élèves, des familles. L’ouverture aux invités a un simple intérêt démonstratif pour les membres. N’y revenons pas. Mais à quelque chose malheur est bon. Car les moteurs de recherche ont été quelque temps perturbés mais j’ai constaté qu’ils ont vite retrouvé leurs marques. Une semaine  et ils avaient remis la main sur les lieux qui eux n’avaient pas changé. En somme, la traçabilité perdure pour ceux qui sont vraiment intéressés. Les visiteurs exotiques sont bien moins nombreux, on pouvait s’en douter, certes...
Une autre possibilité statistique du forum est à commenter, le nombre maximum de visiteurs connectés en même temps, donnée qui apparaît sur tous les forums et flatte l’égo de tout administrateur quand ce nombre est important… Longtemps, il est resté d’une quarantaine. Mais cette année, le plafond a été crevé. Reste à savoir quand et pourquoi… le 21 juin… à 19h34… Il ne s’agit pas d’élèves, les comptes avaient déjà été supprimés (restait une classe) et les examens avaient déjà eu lieu… Soir de fête de la musique, joke des élèves ? Hasard ? Coïncidence ? En fait, cela a une fois de plus peu d’intérêt. Ce qui compte à mes yeux est la fréquentation par les membres, et sur ce plan, on retrouve des données déjà constatées par le passé, il ne sert à rien de se répéter. Peut-être une baisse légère mais la concurrence est là, un E.N.T. pour l’établissement, loin d’être dans les mœurs des usagers en l’état mais il s’ajoute au très beau support des collègues du CDI, au site de notes/consultation du cahier de textes fait par les partenaires de l’établissement… L’élève ne peut pas être partout, et s’il va préférentiellement sur le site où se trouvent tous les cahiers de textes, c’est finalement assez logique.
Au final de cette première partie, on remarque donc qu’il n’y a rien de bien neuf, sauf à dire qu’on a des outils d’estimation de la fréquentation qui sont à la fois infaillibles mais pas faciles à décrypter car il faut une grande maîtrise de plusieurs éléments pour savoir quoi penser des éléments relevés. La vraie tendance se trouve dans les enquêtes de fin d’année, questionnaire que je soumets à l’ensemble de mes élèves. Ils y ont redit, cette année, l’intérêt qu’ils voient dans le forum, qu’ils l’utilisent ou pas. Les critiques portent sur l’esthétique, l’ergonomie mais jamais n’est dit que le lieu n’a pas de raison d’être. Plébiscite pour l’usage du vidéoprojecteur en cours, malgré les inconvénients, grande majorité d’avis favorables sur le forum. (mais ce que préfèrent les élèves, ce sont les bonnes notes…)

Alors, qu’en ont-ils fait cette année, du forum ?
J’ai constaté, sans pouvoir le démontrer statistiquement, une légère baisse de fréquentation même si cette dernière se renforce avec l’avancée dans le lycée. Les Terminales l’ont beaucoup utilisé, les 2de nettement moins (sauf quand ils en avaient le devoir, pour tel ou tel exercice).
En revanche, j’ai eu beaucoup plus de messages privés que les années passées. Autant pour continuer des discussions périphériques que pour poser des questions en rapport à un exercice en phase d’élaboration. Signe que le lieu est compris comme un lien naturel de communication. C’est très positif.  Que le lieu soit peu utilisé ne me pose pas de problème, cela m’a souvent permis de mettre les élèves face à leur non travail. Quand une donnée (aide, méthode…) est sur le forum, l’élève n’a pas d’argument pour ignorer une info, un savoir… déjà signalé comme existant, déjà étudié, repéré en cours. Le lieu permet alors de mettre la personne en cohérence avec elle-même. A ce moment-là, il est utile même si non visité…
En ce qui concerne le cahier de textes, j’avais pris le parti cette année, pour ne pas faire doublon, d’abandonner les espaces cahier de textes, et dans toutes les classes. Mais j’ai vite fait machine arrière. L’idée était au départ de ne pas faire le travail deux fois mais en fait, techniquement, je préfère mettre en forme une première fois le cahier de textes, puis le copier/coller dans le cahier de textes du lycée. Après hésitations, et parce que certains me disaient ne pas aimer devoir venir pour de l’info sur le forum et pour le cahier de textes sur un autre support, j’ai repris mon double cahier ; un off, sorte de brouillon, sur le forum, et le cahier de textes officiel, qui répond à toutes les exigences légales du cahier de textes (le mien aussi mais il est moins officiel…). A l’usage, cela a surtout pour moi l’intérêt de pouvoir garder une archive de ce qui a été fait. En somme, ce n’est pas très lourd. Et comme les élèves y trouvent leur compte… D’ailleurs, ce topic a été signalé comme l’un de ceux les plus suivis... Intéressant et cela démontre qu’un cahier de textes peut être utilisé, et pas seulement comme instrument de l’inspection le jour J (les professionnels comprendront de quoi il est question ici).
Pour le reste, la nouveauté de l’année, pas assez utilisée mais qui l’a quand même été, est en partie « Terminale ». Dans le cadre de la préparation de ce niveau, j’avais fait toute une série de petits articles suivant la progression du cours. Et qui permettaient aux élèves de trouver des compléments/préparations aux cours. Ces espaces, qui ont vertu à rester dans l’arborescence du forum d’une année à l’autre (les sujets ponctuels sont eux régulièrement nettoyés (rangés, supprimés…)) ont été consultés. Entre dix et vingt fois en moyenne à la louche. C’est à la fois peu et beaucoup. On souhaiterait toujours que tous nos travaux soient lus et épluchés par tous… libre à eux… Mais l’expérience va être généralisée, à chaque fois qu’un nouveau programme sera élaboré car cela s’est avéré très constructif, y compris pour moi.
Au final, ce qui m’a le plus satisfait dans cette fréquentation cette année, c’est le ressenti d’élèves vraiment impliqués dans leurs études. C’est très positif, même s’ils sont de cette génération où tout est survolé, en permanente ébullition. Quoi que beaucoup en pensent, ils travaillent !


Reste à évoquer les choses qu’il est délicat d’aborder ici… Les non-dits…
Soyons clairs, il n’est pas ici question de « flagger » tel ou tel type d’élève, voire telle ou telle classe. Chaque enseignant sait mesurer le degré d’implication, voire la capacité d’implication (ou pas) d’un groupe à un instant t. Je n’ai jamais pu aller au bout de l’analyse dans ces rapports car la frontière d’une certaine confidentialité serait franchie. Est-ce d’ailleurs le but ? Cela donne en tout cas une vision qui peut paraître affadie, terne des commentaires. Nous dirons donc que le propos est ici ouvert autant qu’il peut l’être. D’ailleurs, l’objet est plus le forum que les classes (et donc les élèves)…
Dans le même ordre d’idées, on sait que depuis plusieurs années des sociétés spécialisées ont pour but d’étudier ce que l’on peut appeler les relais d’opinion. Le net foisonne de ce genre de personnes perçues comme relais, dont certaines n’ont qu’un but, se faire remarquer afin de pouvoir intégrer le microcosme médiatique… Mais il existe aussi des gens désintéressés, voire des représentants de groupes d’opinions, des électrons libres… Il est clair que ce rapport peut avoir une côté « billet d’humeur ». Ce n’est pas le cas, il n’est pas question de revue de presse. L’idée est véritablement de se questionner sur l’évolution du support. A l’heure où les collègues utilisant les possibilités numériques sont devenus majoritaires, ou en passe de le devenir, assurer la continuité de l’usage d’un tel support, son analyse, comme une « auto-inspection » en fait, est un moyen de s’adresser à ces traqueurs potentiels. En fait non, je ne les vise pas. J’ai toujours été pleinement conscient de ce que j’écrivais ici. C’est juste que l’évolution du monde me conduit à évoquer les éléments extérieurs à moi qui témoignent de mon insertion au monde. Suis-je un relais d’opinion ? C’est sans doute, et bien malgré moi, davantage en classe que je le suis… mais alors qui est à l’origine de ces 2700 visites sur ce topic précis du forum ? Là encore, difficile de le dire. Le hasard, la curiosité. L’intérêt ? Qui sait. J’espère juste que le lecteur n’est pas rebuté par la longueur de ces messages (les élèves le sont mais sont-ils habitués à des textes si denses ?...). C’est un peu une bouteille à la mer. Mais une bouteille qui n’est ni pleine de vide, ni pleine de désespoir. La tentative se veut lucide, écume d’une année, compilation d’une expérience.
Alors, le support est-il dépassé ? Un élève a soulevé cet argument dans les enquêtes de fin d’année. Je n’y crois pas. Il ne peut être question de créer un compte « facebook » qui serait un lieu d’échanges, de postage de travaux… simplement car cette entreprise mettrait la main sur des travaux, et leurs auteurs perdraient de fait les droits d’auteurs. Et toute propriété intellectuelle. Facilité du support mais en échange de quoi ? Qu’ils passent du temps sur tel ou tel réseau social est une chose. D’ailleurs, nombreux ont été les élèves désirant un espace de discussion sur le forum. Réponse négative, on n’est pas là pour ça. Cela a déjà été débattu, expérimenté. Le cœur de cible est la matière, les méthodes, les savoirs, etc… et en lien avec la matière. Une collègue utilise beaucoup Youtube pour ses expériences de sciences physiques. Je ne pourrais pas faire de même ici, en H-G, je me vois mal prendre d’assaut le chemin des dames ou illustrer les tensions à checkpoint Charlie, sauf à montrer des images d’archives, ce que je fais. Mais je ne créé pas de vidéos pour ça. Chaque matière utilise l’outil au service de sa pédagogie. Le forum est un lieu adapté à ma pédagogie, dans ma matière. Et reste une expérience intimement liée à ce qui est fait en cours. Les technologies vont vite, s’améliorent. Qui sait si demain nous n’utiliserons pas les téléphones pour prendre des notes ? (de nombreuses études tendent à prouver que pour une bonne compréhension, le stylo et la main (donc le cerveau) restent les meilleurs outils). A voir. D’ici là, le support restera tel quel, par le simple fait qu’il est un outil adapté à mes usages, aux leurs. Et surtout un outil que je maîtrise. La seule piste possible en l’état serait une adaptation plus grande aux écrans types smartphones et toutes applis liées. Mais une fois encore, mon cœur de métier, c’est l’enseignement, en live, pas à distance. L’intérêt d’une technique se mesure aussi dans le temps qu’elle nécessite pour sa mise en place en lien avec le « retour » sur investissement. Si l’effort demandé est trop important, on risque d’y perdre plus qu’on y gagne. L’élève doit alors comprendre que cet outil, en l’état, est une extension déjà très constructive. Mais une extension seulement.

Alors, en un mot comme en cent ? Les objectifs actuels du monde éducatif sont ailleurs, me semble-t-il. Entre refonte des principes d’évaluation, refonte des programmes… de nouvelles priorités émergent. En tout cas, elles ne me semblent pas être axées autour de la légitimité pédagogique d’un outil de ce genre. L’univers éducatif a changé, il vit une mue rapide et la question technique passe désormais au second plan. Ce n’est pas plus mal car cela signifie que la chose est actée. Et mise au service du reste. Mais ce n’est que mon avis.

2990
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Jeu 16 Juil 2015, 10:58

RAPPORT D'ACTIVITE 2014-2015




Nécessités de l’évaluation des pratiques, volonté de débriefings, exigences d’un retour sur investissement, j’en passe et des meilleures. Nous sommes constamment pressés pour non seulement créer, construire, faire mais sans oublier de devoir en faire un visionnage a posteriori, dont le but peut être insidieux. Derrière une quête de l’amélioration se profile des desseins moins pertinents. On peut résumer la chose en faisant le constat que le sommet de la pyramide est délesté de cette pression. Ou s’il y est soumis, il lui est plus aisé de se cacher derrière une dénomination floue qui désincarne l’individu. C’est l’Etat, le marché, des entités plus ou moins volontairement entretenues de manière évanescente qui seraient au final les réels responsables. En somme, chacun, à sa place, a des objectifs de rentabilité, qu’au sommet, on ne subit pas. Derrière ce discours en première lecture révolutionnaire se cache une réalité dangereuse du monde virtuel. Qui est derrière….
Alors il faut être clair, il n’est absolument pas question de générer une nouvelle théorie du complot. Le monde est ainsi, prenons-le comme tel. Ou du moins, si l’on veut avancer, il faut toujours davantage cerner les dangers de cet univers. Nous l’avons déjà fait souvent dans nos rapports précédents. Et si leur lecture devient sur certains points obsolète, ils sont conservés comme traces d’une analyse à un instant t, avec leurs erreurs possibles, depuis lors repérées comme telles. L’objet n’est pas de faire une relecture de tous les rapports pour les réécrire mais bien de légitimer la question centrale qui me vient à l’esprit cette année. Nos élèves (de Lycée en tout cas) sont des habitués des technologies nouvelles, ils les maitrisent, les perçoivent comme naturelles etc etc… La question est alors de se demander dans quelle mesure ils en cernent les dangers, les limites… La réflexion ne peut ici que s’appliquer au forum, c’est l’objet même de cette « chronique ». Ce qui nous amène à ouvrir sur les premières phrases de ce rapport. Il n’est pas question de passer au crible le lieu, son usage, la question est tranchée depuis longtemps. Il faut pousser plus loin. Pour un retour sur expérience élargi. (paradoxe voire contradiction dans les dernières phrases, je sais….)

De nombreux élèves ont demandé cette année qu’une appli smartphone soit mise en place afin de le rendre plus accessible qu’il ne l’est sur ces petites machines qui tiennent dans la poche (de plus en plus grande car la machine elle-même a tendance à grossir, ressemblant presque à des mini-tablettes pour certains modèles…) D’autres demandes techniques ont été parfois formulées. La question a été déjà évoquée. Evacuons-là une fois encore… Il n’en est pas question car le but est quand même de travailler dans des conditions favorables, devant son bureau, devant un bureau, et non dans le bus, sur du temps masqué, entre deux stations ou autre situation plus ou moins scabreuse. Il faut pousser l’élève à donner du temps au travail et lui expliquer clairement pourquoi il n’aura pas accès, en l’état actuel des technologies en tout cas, à ce genre de possibilités. Comme il est nécessaire de bien dormir, il est obligatoire d’être dans de bonnes conditions de travail pour être efficace. On voit vite de quoi il est question cette année. L’objet est de pointer du doigt la nécessité d’expliquer les conditions d’usage, adaptées à 2015 et non plus 2007, année de naissance du lieu. Puisque l’usage est intégré, il faut le cadrer. Moins de temps à l’apprentissage du surf, beaucoup plus à son utilisation raisonnée. Et là, nous ouvrons sur ce que je voulais mettre en avant cette année, l’impérieuse obligation de faire tout cet apprentissage par le lien direct. Une pédagogie n’est efficace que si elle est expliquée dans ses buts, ses limites, etc, aux élèves. Aux premiers temps du forum, j’ai dû convaincre les adultes surtout, les élèves trouvaient fun d’avoir cet outil. Les autorités y voyaient un gadget ou une belle tête de gondole mais sans plus. Les choses ont changé, l’usage est plus naturel, les écueils sont les mêmes (plagiat, inconscience…) mais l’outil est là. Il est vraiment perçu comme un moyen de communication facile. Pourtant, je suis de plus en plus persuadé qu’il doit être expliqué à chaque pas, et encore plus sur le plan éthique, dans sa dimension imparfaite ou volontairement limitée. Il faut faire comprendre aux élèves qu’ils n’auront pas tout sur le plan technique car tout ne passe pas par cette seule solution. J’ai donc cette année davantage encore expliqué les raisons de mon refus d’en faire davantage sur le plan technique et mis l’accent sur l’importance cruciale que renferme la relation directe. Refus de rentrer dans une course à la performance du lieu, refus de multiplier les interfaces. Si quelqu’un veut améliorer son accessibilité personnelle, libre à lui de le faire mais mon but est de recentrer sur la relation directe. La dimension « complément alimentaire » est dès lors mieux perçue, d’autant que les adolescents assis en face de nous sont des habitués. Ils apprécient qu’on leur dise pourquoi on leur oppose une fin de non-recevoir quand c’est le cas. Ils n’aiment ni être pris pour des ignares, ni être considérés comme des enfants.

C’est l’objet de la deuxième partie de ce rapport, dans quelle mesure le monde « réel » (en opposition à monde virtuel mais cette appellation est-elle sensée ?) impacte-t-il les cours ? Et quelle est la place d’un tel lieu ?
Les événements du monde ne peuvent être passés sous silence. Comme je l’avais fait en évoquant le fiasco de l’équipe de France de football en 2010, il faut revenir sur l’année écoulée mais bien sûr, l’actualité de 2015 est sans commune mesure avec l’incident Knysna.
Les ébranlements ayant fait suite aux attentats de Janvier doivent être évoqués. Mais aussi la propagande de DAESH, l’étonnante facilité (ou du moins présentée comme telle) avec laquelle des jeunes se font recruter. Bien des interrogations. Qui permettent une fois encore de remettre en cause les outils, au lieu de se poser la question de leurs usages…
Rapidité extrême de l’information, avec tous les problèmes que cela pose, tendance à l’exagération des données, avec en outre l’huile sur le feu jetée par des polémistes dont les intentions restent à établir… Comment des adolescents peuvent-ils s’y retrouver dans ce contexte ? Tout supprimer n’est pas la solution, il faut donc éduquer. Et ils le sont déjà. Mais que regardent-ils à la télé ? Tout au plus le petit journal de Canal plus, qui fait sens pour eux quand les autres journaux traitent de l’info comme au temps de l’ORTF (provocation volontaire car les plus érudits d’entre eux ont cette image de l’info « institutionnelle »).
Qu’y fait-on, au petit journal ?? On explique, on décortique la mécanique médiatique, tous azimuts. On fait rire et on informe en même temps. Discutable quand il est question de rire des rides des stars de notre enfance (Cf une chronique du petit journal, Cannes 2014…) mais au combien précieux quand il est question de  démonter la propagande issue de là-bas mais aussi de chez nous… les plus enclins ici à la propagande et la démagogie sont ceux qui exècrent cette émission mais elle fait œuvre de salubrité publique dans un univers qui commence à peine à considérer nécessaire de vérifier au quotidien les propos de tout un chacun. Nous avons à éduquer les jeunes à la lecture de l’image, etc etc, relisons nos BO… et ce dès le primaire. Nous devons les protéger du harcèlement, des pédophiles. Nous devons aussi les protéger de ces dangers-là, la propagande, d’où qu’elle vienne. Et il serait faux de les croire assez stupides pour ne pas la voir au sein même de la démocratie. Ils sont des citoyens, futurs certes mais qui savent déjà décortiquer. Quand on leur dit des niaiseries sur leur univers, on est disqualifié définitivement. C’est en revanche au travers de drames comme ceux que nous venons de vivre que nous sentons le besoin qu’ils ont de repères réaffirmés. On en revient à la relation directe évoquée dans la première partie du rapport. Si notre ambition est de les préparer à ce monde infiniment plus complexe que celui dans lequel nous avons grandi, il faut une parole directe en lien avec cet univers, qui permette de comprendre pourquoi le fait de montrer l’assassinat d’un policier dans Paris est une erreur journalistique (tout le monde doit se rappeler, je pense, des images dont il est question). Corriger leur usage parfois inconsidéré de telle ou telle notion historique qu’ils ont croisée par eux-mêmes durant un surf (ou autre) … Il est nécessaire d’expliquer pourquoi il est inutile, contreproductif, d’aller voir les images d’une décapitation etc... Renvoyer au sens des fondements de notre société de droits. Réfléchir aussi à l’impossibilité de sortir sereinement un film comme « Un français » en 2015…
Nous avons nos propres tabous, qui ne sont pas ceux des années 70 et même si certains des combats de ces années-là perdurent, la manière de vivre la démocratie n’est plus la même. Les jeunes ne regardent pas les journaux télé mais sont bien plus des animaux médiatiques que nous. Il faut donc s’interroger sur nos pratiques, renforcer toujours et encore l’usage de ces formidables outils. Mais on aura compris que cela ne peut se substituer à la présence de l’adulte. Comme déjà dit sous d’autres formes les années passées, l’univers numérique (et donc ce site) est un élément supplémentaire du lien, crucial mais non unique.
Cela renforce en outre l’intérêt de l’EMC (Enseignement Moral et Civique), ex-ECJS. Matière souvent délaissée alors qu’elle instruit plus qu’on ne le croit. Une classe de première a par exemple naturellement  été prête à poursuivre un débat engagé l’an passé sur les caricatures de Charlie hebdo. Sujet choisi par un groupe en 2013-2014, étudié, mis en perspective… et qui avait fait l’objet d’un article sur le forum, transformé pour l’occasion en journal interne à la classe.
Et je ne suis pas le seul enseignant conduisant ce genre de travaux.

Cette année, on le voit, rien de neuf sur le plan technique, un visiteur assidu de ce lieu l’aura compris. En revanche, une prise de conscience renouvelée de la nécessité d’utiliser ces technologies, en lien avec ce qu’ils sont. Le charisme de l’enseignant, que l’on doit plutôt appeler « Effet enseignant » doit jouer au maximum, non pour faire de nous des gourous mais bien pour les construire. Ils sont très capables mais encore fragiles, les adultes ne sont pas tous aptes à les aider dans ce domaine, d’où notre importance.
Les réseaux sociaux, nouvelle appellation désignant l’univers numérique dans la tête du français moyen, ne seront jamais les remplaçants d’une société du réel. A nous de leur faire intégrer le sens de cette réalité, au moment de leur vie ou pour beaucoup, les écrans sont perçus par eux comme émancipateurs. Ils le sont, s’ils prennent conscience de leurs responsabilités. C’est là que nous intervenons.
Je suis assez surpris d’en arriver là au bout de 8 années d’administration du forum mais tous les autres lieux que je fréquente dans cet univers me conduisent invariablement vers cette même conclusion. Avec en outre une incessante remise à niveau nécessaire car ces technologies progressent à un rythme infernal.
Comme je leur dis souvent, « à méditer ». (soyons clair, ces deux mots les énervent souvent…)

3752
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
Admin-Gab
Professeur
avatar

Nombre de messages : 9978
Age : 51
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)   Mar 30 Aoû 2016, 12:02

RAPPORT D'ACTIVITE 2015-2016



La pertinence d’un énième rapport d’activités s’est imposée à moi cette année.  Conscient de la redondance possible de l’exercice, lassé peut-être aussi par une certaine répétition (bégaiement confirmé par la relecture du dernier rapport). Je me félicite de n’avoir pas plus tôt entamé la rédaction de ce rapport. Il sera court, d’autant plus qu’il insiste sur une chose devenue essentielle à mes yeux. Prendre le temps. Et le prendre avec les principaux concernés, ici, les élèves.
Au début de ma carrière, l’un des dangers principaux identifiés par les autorités était le sectarisme, la facilité qu’avaient des groupes aux intentions souvent douteuses (financièrement mais hélas pas seulement) de détourner des gens, souvent jeunes d’une forme de vie en société que nous connaissons, ceci pour les réduire en état de servilité effective/affective, avec tout ce que cela comporte. On l’aura compris, les formes nouvelles de communication, les possibilités offertes par l’univers virtuel (ou autre appellation proche) sont à considérer comme potentiellement dangereuses. L’actualité des mois, devenus années, passés, le démontre.
Il faut donc repenser notre relation à l’univers numérique avec une injonction paradoxale quant à l’enseignement ; permettre l’accès à tous tout en étant conscient des dangers auxquels il faut former les jeunes et donc des solutions à trouver pour atteindre ce double objectif. Il n’est désormais plus question de seulement protéger l’individu mais bien la société toute entière. Puisque des jeunes, bien longtemps après la fin de leur formation, peuvent devenir des armes aux mains des idéologues que chacun identifie clairement, je pense.
J’en suis à ce stade de ma réflexion. Et par principe de précaution, sans doute aussi parce que je ne suis pas encore au clair des choix, stratégies à établir, je n’en dirai pas beaucoup plus. Pour sortir de ce flux ininterrompu de réflexions, d’analyses, qui nous pousse à nous gargariser de nos propres mots, qui nous font vivre dans un stress permanent de catastrophes et atrocités, fleuve d‘émotions, fleuve dénué d’estuaire.
C’est peut-être aussi le signe que le support est définitivement entré dans notre quotidien,  ce forum… comme les autres lieux de notre monde hyper-connecté. Comme toujours, me semble-t-il, la solution passe par le rapport humain direct. Et la mise en situation des jeunes qui nous sont confiés, pour qu’ils développent entre eux une société du numérique, qui exploite au mieux l’outil mais en développant un sens de la responsabilité, qui ne se limite pas à la délation, bien évidemment.
Le forum a suivi le cours de son existence cette année mais force est de constater que les événements du monde ont donné un tout autre sens à tout cela. En somme, rien de nouveau formellement. L’urgence est seulement ailleurs ; donner son sens à un monde extrêmement complexe, sans sombrer dans un catastrophisme qui gangrène leur avenir.
L’axe est donc clair, poursuivre le travail entrepris en mettant l’accent sur un usage éthique, identifiant les dangers, dérives sans renoncer à l’outil. Le forum n’étant qu’une infime partie de ce mastodonte. Posologie homéopathique. Reste à savoir si dans le cas qui nous occupe, la médecine douce est efficace.  La réponse est dans la question.
.
4547
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autravailavecgaby.forumactif.fr
 
Rapports d'activités (un par an, en fin d'année scolaire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Doc] Quelles activités faites-vous en fin d'année scolaire?
» Activité médiatique et rumeur de divulgation
» Un hobby, une activité
» hyper-activité des enfants et alimentation...
» Activités gymniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TRAVAIL AVEC GABY :: LA LETTRE ET L'ESPRIT :: Règlements, finalités et moyens.-
Sauter vers: